Dernières nouvelles

Dernières nouvelles
LES DIRECTIONS DES CPE RÉAGISSENT AUX PROPOS DU SYNDICAT
5 Mars 2018 à 19:00
Description

Les direction dérirent rappeler que ce ne sont pas elles qui ont voté et déclenché la grève. Celles-ci n'ont rien à voir dans l'exercice de ce moyen de pression. Les directions croient qu'il aurait été possible de contiluer à négocier de façon pacifique et raisonnable

COMMUNIQUÉ 5 MARS 2018

 

Les directions des CPE du Saguenay-Lac-Saint-Jean tiennent à réagir aux propos que le syndicat des travailleuses a tenu pendant le week-end et ce matin en point de presse. Les directions, qui représentent 24 CPE employeurs d'environ 500 travailleuses, déplorent la campagne de désinformation que le syndicat poursuit afin de tenter de mobiliser ses troupes et de sensibiliser les parents à ses demandes.

"Les Deux derniers sujets qui empêchent la conclusion d'une convention collective sont des nouvelles demandes présentées par le syndicat qui ne figuraient pas dans l'anncienne convention collective. Rien de ce qui reste sur la table ne touche donc les acquis des travailleuses. Le syndicat veut imposer aux employeurs de nouvelles façons de moduler les vacances et permettre aux travailleuses remplaçantes de prendre des congés payés. Or, dans le contexte actuel de l'emploi, ce n'est pas envisageable. La qualité du service aux parents en souffrirait grandement.

Les travailleuses en CPE de la région bénéficie déjà d'excellentes conditions de travail avec la semaine de 4 jours. À cela s'ajoutent plusieurs semaines de vacances et de journées de congés fériés, mobiles, personnels et pour obligations familiales."

Néanmoins, à chacune des dernières séances de conciliation, les directions ont présenté des contre-propositins visant à résoudre le différent qui persiste entre les partie mais rien n'y fait: " La partie syndicale refuse de discuter. Elle veut imposer aux 24 employeurs ce qu'elle a négocié chez les 4 autres. Aucun aménagement n'est envisageable. C'est ce texte, point final. Aucune discussion possible."

Les direction désirent rappeler que ce ne sont pas elles qui ont voté et déclenché la grève. Celles-ci n'ont rien à voir dans l'exercice de ce moyen de pression. Les directions croient qu'il autait été possible de continuer à négocier de façon pacifique et raisonnable, tout en en maintenant le service de garde pour les parents comme l'ont fait deux équipes de travail syndiquées de la région, celles du CPE Le Jardin de la Rivière et du CPE Aux Petites joies, qui n'ont pas répondu à l'appel du syndicat.

" Au lieu de ça, le syndicat a choisi la confrontation dans les autres établissements. C'est déplrable car cette façon de faire laissera des traces dans ces CPE et affectera le climat organisationnel. Nous aurions pu éviter tout cela en trouvant des compromis mais le syndicat n'en souhaite malheureusement pas."

Par ailleurs, les directions des CPE ne feront aucun autre commentaire sur l'objet de la négociation par respect pour le travail des conciliateurs

La direction